fbpx

Le jeûne permet à l’organisme de retrouver un fonctionnement normal et à éliminer les toxines et les déchets accumulés. Il s’accompagne souvent, que ce soit un effet secondaire ou recherché, d‘un travail spirituel.

En 370 avant JC, le médecin grec Hippocrate affirmait qu’il fallait « soigner ses petits maux par le jeûne plutôt que de recourir aux médicaments ». 600 ans plus tard, le médecin romain Claude Galien prescrivait le jeûne afin de maintenir l’équilibre entre les humeurs et le corps.

Longtemps oubliée en Occident, la pratique du jeûne a été remise au goût du jour entre les années 1950 et 1990 par des chercheurs russes puis germaniques.

De plus en plus en vogue aujourd’hui, de nombreuses personnes se laissent tenter par cette technique de purification naturelle. Mais faites attention, le jeûne nécessite une préparation pointilleuse et ne doit pas être réalisé à la va-vite.

Dans cet article vous trouverez toutes les informations nécessaires pour appréhender au mieux votre jeûne et bien le vivre !

Le principe du jeûne et ses bienfaits

 

Le jeûne est l’une des plus anciennes pratiques d’auto-guérison qui encourage la purification de l’organisme. Il consiste à priver le corps de nourriture et de boisson, à l’exception de l’eau, durant un laps de temps plus ou moins long.

Cette pratique alimentaire est reconnue pour avoir des effets bénéfiques sur le corps et l’esprit. Il faut savoir qu’en temps normal, 70% à 80% de notre énergie est consacrée à la digestion. Pendant le jeûne, le corps et le système digestif sont au repos ce qui permet à l’organisme d’éliminer les toxines, les mauvaises graisses et de se régénérer naturellement.

Le jeûne entraîne une baisse d’hormones. Ce phénomène amène à un état de relaxation profonde, ayant des répercussions sur la qualité du sommeil et sur la gestion du stress.

Il favorise également le bon fonctionnement des voies respiratoires. Ces dernières vont mobiliser nos défenses antioxydantes afin d’éliminer au mieux les pollutions que nous inspirons au quotidien.

De plus, le jeûne aide le corps à mieux combattre les maladies et à se maintenir en bonne santé. Chez certaines personnes on observe une diminution des douleurs chroniques et des douleurs liées à l’arthrite rhumatoïde. Des études ont même démontré que le jeûne permet aux cellules cancéreuses de mieux réagir aux traitements de la chimiothérapie !

Quelle est la durée idéale d’un jeûne ?  

 

Il n’en existe pas ! Chacun fait selon ses envies, ses besoins et surtout ses capacités. La durée varie également selon les types de jeûne.

– Si vous jeûnez pour la première fois il est impossible de savoir comment votre corps va réagir. Il faut donc rester prudent.

Commencez donc par un jeûne aménagé basé sur la consommation d’aliments plus ou moins solides comme des soupes et des bouillons de légumes. Il dure généralement entre 3 et 7 jours.

– Le jeûne moyen s’étend sur plus d’une semaine (entre 8 et 10 jours), et est typique des retraites spirituelles.

Durant cette période, il est conseillé de boire 4 litres d’eau par jour. Les boissons très caloriques à base de fruits telles que les smoothies ou les jus de fruits sont à bannir.

– Si vous n’en êtes pas à votre première expérience ou avez des pathologies graves, vous pouvez opter pour un jeûne long, c’est-à-dire entre 30 et 40 jours qui nécessite un encadrement par un professionnel de santé.

Théière en verre et verre de thé

Bien se préparer

 

Faire un jeûne demande de la volonté et une bonne préparation. Avant de commencer, posez-vous les bonnes questions : quelle est la raison qui me pousse à faire ce jeûne ? Quel est mon objectif ? Suis-je prêt à me priver de nourriture ?

Le jeûne est un choix, pas une punition ! Il doit être réalisé avec plaisir et vous devez vous sentir bien et aligné avec vous-même. Ressentir une quelconque frustration aura des répercussions sur votre organisme, notamment une reprise de poids très rapide.

Il est important de préparer l’organisme à recevoir moins de nourriture avant le démarrage du jeûne en faisant ce que l’on appelle une descente alimentaire. Celle-ci varie selon la durée du jeûne (on commence la descente alimentaire 6 jours avant de commencer un jeûne de 6 jour, 4 jours avant pour un jeûne de 4 jours…).

Quels aliments faut-il arrêter de consommer ? 

 

Dans un premier temps, limitez les excitants tels que le café, le thé et le chocolat. Ensuite mettez de côté les protéines animales et les produits laitiers, puis les céréales. Les deux jours précédant le début du jeûne, privilégiez uniquement les fruits et légumes.

Concernant les boissons, il est nécessaire de boire au minimum 3 litres de liquide par jour, et ce durant toute la durée du jeûne. Optez pour des boissons légères comme les tisanes, le jus de citron et les bouillons de légumes.

N’oubliez pas l’eau ! Buvez-en au moins 2 litres par jour.

Il y a-t-il une « bonne » saison pour jeûner ?

 

Saviez-vous que certaines saisons sont plus propices au jeûne ? Eh bien oui ! Il est préférable de jeûner lors des saisons de transitions telles que l’automne et le printemps, car le fonctionnement de l’organisme change pour faire face aux variations de températures.

En été, avec les fortes chaleurs, nous mangeons moins. Le jeûne n’est donc pas préconisé à cette période car nous réduisons naturellement les quantités de notre bol alimentaire. Il est aussi déconseillé d’en faire un en hiver car le corps a besoin de plus d’énergie.

Les difficultés du jeûne

 

Décider de jeûner n’est un choix anodin, il y a une vraie volonté derrière. Se priver de nourriture n’est pas simple et les premiers jours peuvent être difficiles à passer.

Le jeûne chamboule tout l’organisme, qui va avoir besoin de quelques jours pour s’adapter au manque de nourriture. Le corps va combler le manque de sucre par différents mécanismes et puiser dans ses réserves pour le reconstituer.

Après avoir utilisé tout son stock de sucre, l’organisme va synthétiser les lipides et les protéines présents dans ses réserves afin de fournir l’énergie nécessaire aux organes et aux muscles pour fonctionner correctement.

Au 3ème jour de jeûne, certains jeûneurs peuvent faire une crise d’acidose. Cette période peut s’accompagner d’une fatigue intense, de migraines et de nausées.

Femme qui fait du yoga dans la nature

Et le sport dans tout ça ? 

 

Bien que les 2 semblent incompatibles, la pratique du sport n’est pas prohibée pendant le jeûne ; bien au contraire !

Pratiquer un sport occupe l’esprit et permet d’oublier la sensation de faim. Privilégiez les activités telles que la marche et/ou les randonnées. Les activités intenses comme le cardio et la musculation ne sont pas conseillées.

La médiation et le yoga sont également de très bonnes activités à réaliser. Elles font travailler le corps et l’esprit en douceur, et permettent une relaxation en profondeur.

Et après ?

Une fois le jeûne terminé, le retour à une alimentation normale se fait de façon lente et progressive et doit durer aussi longtemps que la durée du jeûne (3 jours pour 3 jours de jeûne, 6 jours pour 6…).

Une reprise alimentaire trop rapide pourrait causer des maux de ventre. La reprise se fera à base de potages et de légumes, puis les autres aliments seront réintégrés progressivement en finissant par les ingrédients les plus gras et difficiles à digérer.

Idéalement, cette reprise doit s’accompagner par une prise de probiotiques et d’une petite cure de vitamines pour reconstituer la flore intestinale.

Le complément alimentaire GO FOR DETOX riche en prébiotiques, probiotiques, zinc et vitamines pourra être recommandé dans ce cadre.